Fondé en 2019 par Geoffrey Berthon et Julie Walther, Qwarry développe une solution de ciblage publicitaire sans utiliser de cookies. La startup utilise la data sémantique pour permettre aux annonceurs de diffuser des publicités ciblées et en rapport avec le contenu que consomme l’utilisateur. L’entreprise normande indique qu’elle ne récolte ainsi pas de données privées comme l’identifiant, l’âge, le sexe, la localisation ou encore l’adresse e-mail. En revanche, Qwarry s’intéresse à la sémantique des sites Internets que les utilisateurs visitent pour permettre aux annonceurs d’établir leur stratégie. Basé sur un algorithme de deep learning, la solution de Qwarry permet d’ajuster une publicité en fonction des mots clés qui s’y trouvent.

Le poids du RGPD

«La sémantique nous permet d’offrir un ciblage unique car le message publicitaire est inséré selon le contenu lu en temps réel par les internautes et non pas en fonction de données précédemment collectées sur eux», décrit Julie Walther. La startup espère être au premier rang si les entreprises sont amenées à supprimer définitivement leurs cookies pour leur proposer une nouvelle solution. Rappelons que le RGPD exige que les cookies soient utilisés uniquement après consentement de l’utilisateur ciblé et que son modèle s’étend à l’international.

Au vu des dernières recommandations de la CNIL concernant les cookies publicitaires, Qwarry espère anticiper les besoins des entreprises qui souhaitent suivre ces recommandations. Dans le cadre de cette levée, la startup ambitionne d’ouvrir un pôle R&D à Caen et prévoit d’y recruter 30 collaborateurs. «Nous allons accélérer notre développement et proposer aux annonceurs, éditeurs et agences médias d’utiliser la data sémantique de Qwarry directement au sein de leurs propres outils publicitaires», commente Geoffrey Berthon.

Lire l’article en entier sur FrenchWeb.